Le prélèvement et le don d’organe

D’après la loi de bioéthique de juillet 1994, toute personne est considérée comme consentante au prélèvement de ces organes et tissus après sa mort si elle n’a pas manifesté son refus de son vivant.